Tagged: peinture

SteelButt Jack: Une couverture pour Solaris

(For this article in English, click here)

Dans le monde de l’illustration comme dans le monde des jeux vidéo, parfois on travaille sur quelque chose et on ne peut pas le montrer à qui que ce soit. Et quand enfin, on peut le montrer, on a l’impression que c’est complétement dépassé par rapport à ce qu’on fait maintenant. C’est ce qui est arrivé avec cette couverture. Elle n’est pas très vieille, je l’ai faite en septembre/octobre 2013, mais j’ai quand même l’impression que mon nouveau travail est différent.

Solaris est le plus vieux magazine de science-fiction et fantasy de langue française en existence. J’ai reçu la commande pour la couverture de Joël Champetier, le rédacteur en chef. Ses instructions en gros disaient: “On aime tes trucs digitaux et traditionnels, propose nous quelque chose qui n’a pas de tentacules.” Ouais, c’était aussi ouvert que ça. Alors j’ai fait des tonnes de compositions dans mon carnet de dessin, j’en ai choisi 6 que j’ai refait au propre et que j’ai envoyé. 3 que je peindrais avec l’ordinateur et 3 que je ferais à l’acrylique.

The thumbnails I sent Mr.Champetier from Solaris. The brown ones are for traditional paintings and the black and white are for digital paintings.

Les vignettes que j’ai envoyées à M.Champetier. Celles en noir et blanc sont pour peindre dans Photoshop  et celles en brun sont pour peindre traditionnellement. Le monsieur en veston aurait été un portrait de Dr.Penfield avec un homoncule sur le dos, un genre de mélange de neurologie et de fantasy.

Joël a choisi le pilote de jet pack. Il a dit que dans toutes les années de Solaris, il ne pense pas qu’ils aient déjà eu un jet pack en couverture, aussi cliché que ça puisse être. Cette information en main, j’ai commencé à travailler sur un design de jet pack et un costume cool. Je voulais un style diesel punk, mais qui ne ressemble pas trop au Rocketeer, il est de la même époque, mais il est un gars différent qui vient d’un monde plus rude.

refrences_solaris

Les références que j’ai utilisée pour faire mon dessin final. En faits, j’en ai utilisées plus que ça. J’avais quelques photos de Matthieu pour différents détails et des photos que j’ai trouvé sur internet pour des choses comme des pièces de laiton, des trainées de vapeur, de jet packs et des habits antiques.

Armée de ma vignette approuvée et de mon design de jet pack, j’ai demandé à mon ami Matthieu Legault de poser pour mes références.  Matthieu est un auteur avec 7 livres publiés à son actif, mais je pense que c’est la première fois qu’il est sur la couverture. Il avait un chandail qui ressemblait un peu au manteau de mon design et j’avais un gros sac-à-dos, des lunettes et des bottes gothiques alors c’est l’étendu de son costume. Nous avons essayés toutes sortes de poses, dans ma cours et dans ma cuisine mais en fin de compte, c’est avec le tabouret que nous avons réussis à lui donner l’air de voler. Sinon il avait juste l’air de se tenir sur un pied. J’ai aussi sculpté les formes de base du jet pack et je les ai installées sur un mannequin en bois pour avoir les angles des ailes et des fusées et pour imaginer leurs ombres sur Matthieu.

This is the design of the jet pack that I decided to go with. In the end, my model had hair that pit exactly the period I was going for, so I decided to use that instead of a helmet. I also included the progression of the drawing I did from the references.

Voici le design du jet pack que j’ai retenu. Finalement mon modèle avait une coiffure qui cadrait parfaitement avec l’époque que j’avais choisi alors j’ai décidé d’aller avec ça au lieu du casque. J’inclue aussi une progression du dessin que j’ai fait à partir de mes références.

Parmi mes photos, j’ai choisi celles qui étaient le plus dynamiques et qui ressemblaient le plus comme quelqu’un en train de voler. Elles n’étaient pas exactement comme ma vignette, mais je dirais que c’est une amélioration. J’ai fait plusieurs étapes de raffinement pour le dessin et plusieurs motifs possible pour la trainée de vapeur. Le dessin au trait avec la fumée est celui que j’ai envoyé à mon client pour approbation.

This is the drawing that I used as reference when painting. All of the value problems have been solved.

Ceci est le dessin que j’ai utilisé comme référence pendant que je peignais. Tous les problèmes de lumière ont déjà été réglés.

Quand j’ai eu mon approbation, j’ai fait un rendu en noir et blanc dans Photoshop pour ne pas avoir à prendre de décisions pendant que je peignais. Je n’ai pas rendu les oiseaux parce que mon plan était de faire juste des silhouettes d’oiseaux en vernis sur un fond de MDF non-vernis. L’idée étaient qu’ils aient l’air loin et subtils.

Le transfert de l'image sur le panneau de MDF.

Le transfert de l’image sur mon panneau.

J’ai imprimé mon dessin sur 3 feuilles différentes que j’ai assemblées et dont j’ai frotté l’endos avec du carré Conté terre de sienne pour les personnages et blanc pour la vapeur. J’ai ensuite clippé/collé la feuille à mon panneau et j’ai tracé toutes les lignes. Le résultat était un peu sale, mais j’ai pris une guenille à peinture propre et j’ai frotté légèrement le panneau pour enlever le plus gros.

first_steps_solaris

Ici vous pouvez voir les 3 premières étapes de la phase peinture. J’ai commencé avec les éléments graphiques parce qu’ils m’aident à établir la valeur la plus pâle de ma composition. Je passe ensuite aux foncés les plus foncés. Je ne fait pas vraiment de grand lavis très pâles au début parce que j’essaie d’éviter de celer le carré Conté sous des sections transparentes où il restera visible. J’efface beaucoup de lignes à mesure que je peins. Et si je mets trop de peinture quelque part, je dois l’essuyer très vite ou sinon attendre et le sabler. Je ne peux pas peindre en pâle par dessus de la peinture foncée ou vice versa.

Certaines personnes sont surprises d’apprendre que la phase peinture est souvent plus courte que la phase de planification et de design. Toutes les décisions difficiles ont été faites et il ne me reste qu’à étendre de la peinture et à ne pas tout ruiner. La partie ne pas tout ruiner serait plus facile si je travaillais à l’huile. C’est dans mes plans, mais pour tout de suite, je travaille encore à l’acrylique. Pour cette peinture, je n’ai utilisé que deux couleurs, terre d’ombre et titane écru. Je suis une grande fan du titane écru, c’est très pâle, mais pas aveuglant comme du blanc. Ça fonctionne aussi très bien avec le style sépia que j’utilise pour le moment. Dans le passé, j’ai peint plusieurs pièces sur du masonite et du MDF non-vernis et sans apprêt mais ce MDF là est différent, je l’ai acheté dans une quincaillerie et non dans un magasin de matériel d’art et il est doux comme du suède et la peinture ne glisse pas bien dessus. J’ai acheté un grand morceau que j’ai fait tailler en plusieurs panneaux, alors pour mes peintures suivantes, j’ai décidé de lui donner quelques couches de médium brillant avant de transférer le dessin. Ça marche bien mieux pour moi.

steelbutt_jack_web

Voilà la peinture finie et retouchée. J’ai enlevé de petites taches du MDF, ajouté un peu de fumée, enlevé un oiseau et retouché le personnage un peu.

Quand j’ai eu terminé, j’ai vernis seulement les parties qui étaient peintes alors le reste est mat. J’ai ensuite pris une bonne photo et je l’ai envoyée à Joël. Il voulait plus de fumée alors j’ai allongé la traînée et fait d’autres retouches et je lui ai envoyé le fichier haute résolution.

Et c’est comme ça que j’ai fait cette illustration.

Advertisements

Visiter le cimetière et rencontrer les Brownies

Puisque je peins des monuments funéraires, je vais régulièrement au cimetière pour prendre des photos de référence pour des toiles futures. J’ai des photos de cimetières de beaucoup d’endroits, mais étrangement, jusqu’à hier, je n’en avais pas de mon coin d’origine. J’ai grandit à Roxton Pond, Québec, juste à côté de Granby. J’ai fait mon école secondaire à Granby et j’y réfère habituellement comme de la ville d’où je viens.

Il y a deux cimetières principaux à Granby, dont un qui est très vieux et séparé en deux (côté anglais et côté français) et nous avons commencé par là. Il faisait super chaud et soleil. On ne trouve pas beaucoup de statues là. Il y en avait deux, un bas relief au complet et une avec juste les pieds. Ça ne nous a pas empêché de trouver des monuments intéressants et quelques installations lugubres.

Comme celle-ci. C’était sur le côté français, j’adore ça.

Des fleurs assez morbides, avec des anges usés et un cadre avec une petite photo jaunie.

Ce monument là était entouré de fleurs de plastique dans des vases et des pots renversés et avait un genre de sac de plastique  rempli de plantes mortes suspendu à un poteau de métal.

Even the flowers look dead.

Même les fleurs artificielles ont l'air mortes.

Plus de fleurs de plastique  répandues dans le gazon.

Et maintenant, du coté anglais. C’est moins lugubre mais aussi intéressant. Il y avait ce monument surmonté de pales d’hélices.

C’est le monument d’un pilote de la première guerre mondiale.

Ensuite, Sylvain a pointé le monument à  Palmer Cox, un illustrateur et écrivain de livres pour enfants de la fin du 19ième siècle. C’est le créateur des Brownies, des petits lutins qui ont été très populaires. Une foule de produits ont été basés sur eux, dont une caméra.

Ensuite, Sylvain à trouvé ce monument, je pense que c’est le plus vieux dans le cimetière. Mary Mason est née en 1790. L’arbre qui pousse sur sa tombe est tellement gros qu’on ne pourrait pas en faire le tour avec nos bras, à deux.

Et enfin, j’ai trouvé ceci, je pense que c’est la cachette des Brownies.

Et ça, c’est juste dans un des cimetières, attendez de voir ce qu’il y avait ans l’autre.

L'ange de la Baie

J’ai passé la fin de semaine au chalet de mon oncle, et j’en ai profité pour faire un peu de peinture. J’ai étreiné la boite chevalet que j’ai eu pour Noël (il était temps) et j’ai essayé les acryliques Golden Open que mon amie Angela m’avait recommendées. Elles sèchent quand même vite, mais elles se mélangent bien mieux que de l’acrylique ordinaire.

Red oxide et unbleached titanium sur  massonite non préparé (pas de gesso ou d’aprêt) 9″x12″ , d’après une photo que j’ai prise dans un cimetierre à ville de LaBaie l’été passé.

Quelle excellente installation, avec la palette sur ma glacière.

Pas encore fini

Maintenant c’est fini, mais les couleurs ressembles un peu plus à celle sur la photo précédente, on dirait que mon nouveau scanner n’aime pas le massonite.  Je vais devoir prendre une meilleurs photo quand il fera clair!

Le Danakil-Progression

Acrylique, 36×20

J’ai mélangé les couleurs de fond avec du gesso au lieu de blanc ordinaire après avoir lu ce conseil de James Jean. Ça donne un fond facile à peindre. La texture est du sable que j’ai mis dans le gesso quand j’ai saisi la toile vierge.

J’ai fait le fond à l’oeil, ensuite j’ai mis une bonne couche de medium impasto et ensuite j’ai dessiné le perso à la terre d’ombre avec l’aide d’un projecteur.

Détail pour montrer la texture.

C’est un peu rough (le sable est trop gros! C’est du sable à filtre de piscine.) Je n’ai pas pu donner le rendu que je voulais.